Les Olympes de la parole

J'ose choisir

Problématique

Lors du choix professionnel, le sexe joue encore aujourd’hui un grand rôle. On ne choisit pas les mêmes métiers si l’on est une fille ou un garçon.

  • dans les métiers de la construction: 95% des étudiant·e·s sont des garçons
  • dans les métiers techniques: 90% des étudiant·e·s sont des garçons
  • dans les métiers en santé et social: 83% des étudiant·e·s sont des filles
  • dans les filières artistiques: 55% des étudiant·e·s sont des filles

Impact

La ségrégation du marché de l’emploi sur les conditions de travail des femmes a un impact.

La tendance à une forte concentration de la main-d’œuvre féminine dans quelques secteurs d’activité (ainsi que dans les niveaux inférieurs de la hiérarchie) explique en grande partie l’importance des écarts salariaux entre les femmes et les hommes. En outre, elle rend difficile la mise en œuvre efficace des dispositifs en faveur de l’égalité des rémunérations entre les hommes et les femmes.

Critiquer les stéréotypes de genre

Ce phénomène de ségrégation horizontale s’explique par les stéréotypes de genre encore tenaces quant aux qualités soi-disant innées des garçons pour les branches scientifiques (qualités qui feraient défaut aux filles) ou à la sensibilité naturelle des filles qui les pousserait vers les soins et le social (et dont les garçons seraient privés).

Ces préjugés circulent dans notre société par de nombreux canaux. Il est important de les critiquer et surtout de faire connaître ces critiques aux jeunes, garçons ou filles, pour qu'ils-elles ne limitent pas leurs choix, mais explorent les plus grand nombre de projets professionnels possibles.

Les Olympes de la parole sont l’occasion pour les jeunes sur le point de choisir une orientation scolaire ou professionnelle de questionner leur vision des métiers et professions.

UNE ACTION SOUS FORME D’ACTIVITÉ PÉDAGOGIQUE

Les élèves sont invité.e.s à mener, en classe, de manière créative et collective, une réflexion sur une thématique ayant trait à la division sexuelle de l’orientation professionnelle, de la formation et du travail, et à la manière de la corriger en réalisant:

✓ un produit (création d’un support audio, vidéo, textuel, matériel, etc.) à partir de la réflexion menée en classe sur le thème de l’édition en cours

✓ une animation orale qui met en scène leur produit, présente les démarches effectuées pour le réaliser, et permet aux élèves d'auto-évaluer le processus d'apprentissage et de création lors d'une audition de 15 minutes devant un jury

OBJECTIFS DU CONCOURS

Le concours des Olympes de la parole réalise :

Des objectifs de connaissances

L’activité proposée permet aux élèves de savoir identifier les stéréotypes de genre et les déconstruire ; savoir distinguer ce qui est de l’ordre du naturel et du culturel.

Des objectifs de compétences

L’activité pédagogique et le cadre proposés poussent les élèves à discerner, analyser, comparer, argumenter, exercer l’esprit critique, prendre parole en public ; développer un travail collaboratif sans rapports de domination.

On parle de ségrégation horizontale pour l’orientation professionnelle, mais il y a aussi la ségrégation verticale qui rend compte de la difficile ascension des femmes dans la hiérarchie.

Des objectifs pédagogiques

Le concours permet aux enseignant.e.s de développer une véritable pédagogie du genre, c’est à dire une pédagogie attentive aux contenus, langages et attitudes inclusives et non stéréotypées.

Des objectifs sociétaux

La réflexion suscitée par ce concours permet de lutter contre les inégalités, et vise à permettre aux filles comme aux garçons d’avoir accès à toutes les professions.

Des objectifs institutionnels définis par la Confédération, le canton de Genève et le DIP

Le principe de l’égalité inscrit dans la Constitution fédérale se traduit par des dispositions dans les cantons. En incitant les élèves à mener une réflexion sur l’égalité à travers un thème renouvelé chaque année, le concours des Olympes de la Parole contribue à réaliser l’objectif de la Loi sur l’instruction publique (LIP) de sensibiliser et promouvoir l’égalité. Sa démarche répond par ailleurs à l’appel de la conseillère d’Etat Anne Emery-Torracinta en charge de l’éducation publique genevoise « d’encourager les actions permettant de modifier les pratiques éducatives discriminantes, de lutter contre les stéréotypes en vue de favoriser l’égal accès des garçons et des filles à toutes les filières scolaires et, par conséquent, à tous les métiers. »